Séance 1. Introductions

v

« Introductions au séminaire », Philippe Boissinot, Sébastien Plutniak, Michel Grossetti

Le jeudi 1er octobre 2015, 16h à 18h,
Toulouse, Université Jean-Jaurès, Maison de la Recherche, salle F315

Lors de cette séance, le programme et les visées générales du séminaire ont été présentés. Trois courts exposés ont permit d’illustrer plus concrètement les attendus du séminaire.

Exposés introductifs

  • Philippe Boissinot, « L’enquête ontologique »
  • Michel Grossetti, « Un aperçu des enjeux ontologiques en sociologie »
  • Sébastien Plutniak, « Une brève introduction à la méréologie »

Les diaporamas sont disponibles ci-dessous :

grossetti_ontoandco

Grossetti — cliquez pour télécharger le diaporama

Cliquez pour télécharger le diaporama

Plutniak — Cliquez pour télécharger le diaporama

 

 

 

 

 

 

Résumé

Affiche

Cliquez pour télécharger l’affiche de la première séance

La plupart de nos activités quotidiennes, et une grande partie de celles relevant des sciences, consistent à se poser des questions ontologiques : qu’est-ce que c’est ? pourquoi cela arrive-t-il ? qui a agi ? On fait donc de l’ontologie comme on énonce de la prose. Toutes nos capacités classificatoires s’y ramènent, de même que notre façon de découper des touts en parties (méréologie). En nous interrogeant sur l’ameublement du monde, nous sommes enclins à revisiter des entités aussi diverses que celles de substance, événement, agent, concret/abstrait, individuel/collectif, relation, identité, causalité, particulier/universel, etc. Ces questions ont longtemps été le seul domaine de la philosophie et sont depuis peu investies par l’anthropologie et la sociologie, voire les sciences cognitives, mais parfois, sans retenir les bonnes leçons de ce que l’on pourrait appeler une « métaphysique scientifique et pratique ».
Nous voudrions montrer dans ce séminaire combien ces outils conceptuels peuvent nous être utiles quand il s’agit de passer des questions les plus théoriques aux domaines très appliqués, tels ceux de l’informatique, de la sémantique, des SIG, ou encore, pour rendre compte des fouilles archéologiques ou des réseaux sociaux. À condition bien sûr de respecter quelques règles visant à clarifier le propos et le recours aux entités les plus cohérentes qui soient. Ce séminaire s’annonce donc réflexif et interdisciplinaire, et se présentera également comme une boite à outils.


Vous aimerez aussi...