J. Barceló, Forme et fonction en archéologie. Les avantages de la modélisation de géométries en 3D

Résumé de l’intervention de Joan Barceló (en français et en anglais) donnée dans le cadre du cycle de conférences données en tant que professeur invité de l’EHESS.

Téléchargez ici :

Résumé en français

Pourquoi les artefacts archéologiques sont ce qu’ils sont ? Une réponse possible à cette question pourrait être « parce que les ces objets ont des apparences distinctes en raison du caractère distinct de leur fonctionnement ». Dans cette conférence, j’essaierai de répondre à cette question en examinant les relations entre les formes et les fonctions. Je suggère des voies nouvelles permettant d’identifier des comportements passés à partir des objets archéologiques observables dans le présent. Je tiens compte, quoi qu’il en soit, du fait que ces objets sont également caractérisés par des propriétés non visuelles (c.-à-d. des informations sur leur composition livrées par la spectrométrie de masse, des informations chronologiques relatives à la mesure de la désintégration radioactive, etc.) L’information susceptible d’indiquer les diverses propriétés fonctionnelles des objets est multidimensionnelle par nature : la taille, relative aux hauteur, longueur, profondeur, poids et masse ; la forme, qui réfère à la géométrie des contours et des volumes ; la texture, relative à la microtopographie (rugosité, irrégularités, orientation) et à l’apparence visuelle (variation de couleurs, motifs) des surfaces ; et, enfin, la matérialité, c’est-à-dire la combinaison d’éléments distincts et de leurs propriétés de manière à composer un tout. À l’exception des données matérielles, les autres aspects pertinents retenus pour raisonner sur la fonctionnalité ont été traditionnellement décrits dans des termes particulièrement ambigus. Le raisonnement sur la fonctionnalité d’objets archéologiques obtenus sur le terrain réclame un examen inter-disciplinaire, qui peut aller des techniques de perception et de reconnaissance utilisée en robotique, jusqu’aux méthodes de raisonnement, de représentation et d’apprentissage en intelligence artificielle. Cette manière d’analyser la dimension fonctionnelle des objets archéologiques conduit à mener l’interprétation à partir d’une rétro-ingénierie du physique au digital en simulant la fonctions des artefacts et en inférant leurs processus de fonctionnement inhérents. Il importe, tout en menant ce travail de documentation, d’en analyser et d’en évaluer les potentialités, les contraintes, la qualité, la robustesse et l’effectivité, en contrôlant le flux d’information et les vulnérabilités du modèle. Au final, nous entendons employer ces processus de manière à obtenir plus efficacement des résultats meilleurs, ainsi qu’à réduire les efforts et le temps de travail.

Joan  Barceló (trad. S. Plutniak)

Résumé en anglais

Why archaeological artefacts are the way they are? A possible answer to this question would be: “because objects have a distinctive appearance for the sake of their proper /functioning/”. In this lecture I try to solve such a question by investigating the relationship between form and function. I propose new ways of studying the way behaviour in the past can be asserted on the examination of archaeological observables in the present. In any case, I take into account that there are also non-visual features characterizing ancient objects and materials (i.e., compositional information based on mass spectrometry data, chronological information based on radioactive decay measurements, etc.). Information that should make us aware of many functional properties of objects is multidimensional in nature: size, which makes reference to height, length, depth, weight and mass; shape and form, which make reference to the geometry of contours and volumes; texture, which refers to the microtopography (roughness, waviness, and lay) and visual appearance (colour variations, decoration) of surfaces; and finally material, meaning the combining of distinct compositional elements and properties to form a whole. With the exception of material data, the other relevant aspects for functional reasoning have been traditionally described in rather ambiguous terms. Reasoning about the functionality of archaeological objects recovered at the archaeological site requires a cross-disciplinary investigation, which may also range from recognition techniques used in computer vision and robotics to reasoning, representation, and learning methods in artificial intelligence. This approach to the analysis of the functional aspects of archaeological objects involves applying Reverse engineering from the physical-to-digital stage to the interpretation stage, by simulating the artefacts’ function and inferring possible inherent working processes. During this documentation work, it will be important to analyze and evaluate its potentialities, constraints, quality, robustness and effectiveness, by controlling the flow of information and vulnerabilities of the model. At the end, we aim to use these processes in the effort to achieve more efficiently better results, as well as to decrease research time and efforts.

Joan Barceló


Vous aimerez aussi...