J. Barceló, Intelligence Artificielle pour la recherche archéologique. Théorie, technique et technologies

Résumé de l’intervention de Joan Barceló (en français et en anglais) donnée dans le cadre du cycle de conférences données en tant que professeur invité de l’EHESS.

Téléchargez ici :

Résumé en français

Est-il possible de construire une machine pouvant pratiquer l’archéologie ? Une telle machine serait-elle capable de comprendre la manière dont les hommes agissent ou la façon dont les hommes pensent qu’ils ont agit dans le passé ? Cette conférence cherchera à livrer quelques réponses possibles à ces questions et examinera ce que signifie résoudre que « automatiquement » des problèmes archéologiques. Pas de panique ! Quand bien même ces réponses trouveraient des réponses positives, je n’affirmerais pas pour autant qu’un archéologue artificiel, plus efficace et moins coûteux, remplacera les archéologues humains. Nous savons tous que les travaux en intelligence artificielle peuvent conduire à la réalisation de robots aux comportements impressionnants mais pas, pour autant, à la réalisation de personnes artificielles. Des archéologues automatiques FERONT beaucoup, mais ne SERONT que bien peu. Je suis, dans cette voie, Roger Penrose qui, dans son livre The Emperor’s New Mind écrivait : « Il serait juste de dire que si beaucoup de choses intelligentes ont été effectivement réalisées, la simulation d’une quelconque chose qui puisse passer pour une authentique intelligence est encore fort loin » (Penrose 1989). Les mécanismes calculatoires ne peuvent pas contenir en eux-mêmes une explication scientifique. Une machine n’a aucune chance de livrer une analogie explicative du cerveau ou de l’esprit humain. Les machines « réelles » sont trop simples et limités dans leurs fonctions, et les machines « virtuelles », telles que notre archéologue automatique, ne font qu’importer des descriptions formelles de la surface des phénomènes dans un modèle explicatif. Toutefois, les modèles computationnels imitent les comportements humains et sont, en conséquence, de bons modèles comportementaux à défaut d’être des modèles du cerveau ou de l’esprit.
Si je fais une analogie avec une machine « intelligente » c’est de façon à comprendre la manière dont nous pensons. En disant cela, je n’affirmer pas que les archéologues artificiels (des programmes informatiques) fonctionnent comme des cerveaux humains, ou que les représentations informatiques doivent être isomorphes aux états « mentaux ». Je cherche plutôt à me simuler en train de pratiquer l’archéologie. Je veux comprendre les processus de raisonnement en comprenant les aspects causaux sous-jacents à ce que l’archéologue fait. Par exemple : telle tâche cognitive peut-être est comprise objectivement et dédoublée dans différents objets, des ordinateurs. Si un ordinateur peut être programmé pour réaliser des tâches à la manière des humains, il offrira alors un « modèle » de l’activité humain moins sujette à la controverse que les explications verbalisées communes en philosophie. Le but est donc de comprendre comme le comportement intelligent est possible en archéologie.
J’affirme simplement que l’activité d’une machine et les automatismes humains peuvent être décrits et analysés dans les mêmes termes. L’idée d’un robot intelligent doit être vue comme un modèle du comportement de l’archéologue plutôt que comme un modèle de son cerveau ou de son esprit. Les composants hardware des ordinateurs et les techniques de programmation permettent au constructeur de modèle de créer des créatures virtuelles aux comportements adaptatifs et intelligents dans des conditions naturelles. Les ordinateurs constituent des outils puissants (et peut-être indispensables) pour créer de telles créatures, mais ne peuvent jouer aucun rôle explicatif. Le hardware et le software impliqués dans ces modèles ne comportent aucune charge explicative; une explication ne peut être générée qu’au travers des interrelations entre les schémas d’activités des robots et leur environnement « naturel ».

Joan Barceló (trad. S. Plutniak)

Résumé en anglais

Is it possible to build a machine to do archaeology? Will this machine be capable of acting like a scientist? Will this machine be able to understand the way humans acted, or how humans think they acted in the past? This lecture tries to offer some possible answers to these questions and to investigate what it means to solve “automatically” archaeological problems. Don’t panic! Even if those questions would have a positive answer, I am not arguing that an artificial archaeologist will replace human archaeologists, because it will work better and cheaper than us. We all know that Artificial Intelligence will eventually produce robots whose behavior may seem dazzling, but it will not produce robotic persons. Automatic archaeologists will DO a lot, but they won’t BE a lot. In so saying, I am following Roger Penrose, who notes in his book, The Emperor’s New Mind: “it would be fair to say that although many clever things have indeed been done, the simulation of anything that could pass for genuine intelligence is yet a long way off” (Penrose 1989). Computational mechanisms can not carry by themselves the weight of a scientific explanation. No machine is ever likely to provide an adequate explanatory analogy for the human brain or mind. “Real” machines are too simple and limited in their functions, and a “virtual” machine like our automated archaeologist merely imports formal descriptions of the surface phenomena into the explanatory model. Nevertheless, computer-based models mimic human behavior, and therefore they are good models of behavior rather than models of brains or minds.

I make an analogy with an “intelligent” machine, in order to understand the way we think. In so saying, I am not arguing that artificial archaeologists (computer programs) run like human brains or that computer representations should be isomorphic to “mental” states. I pretend to simulate me when I am doing archaeology. I want to understand reasoning processes by understanding the underlying abstract causal nature behind what archaeologists do. For example; this cognitive task can be understood objectively and duplicated in different materials-in computers. If a computer can be programmed to perform human-like tasks, it will offer a “model” of the human activity that is less open to argument than the verbalized explanations that are normal in philosophy. The purpose is then to understand how intelligent behavior is possible in archaeology.

I am just arguing that the activity of machine and human automata can be described and analyzed in the same terms. The idea of an intelligent robot should be seen as a model of archaeologist’s behavior rather than models of their brain or mind. Computer hardware and programming techniques enable the model builder to construct virtual creatures that behave in intelligent and flexible ways under natural conditions. They provide powerful (and perhaps indispensable) tools for building such creatures, but they can play no role as explanatory kinds. The hardware and software used in such models carry no explanatory burden; an explanation can only be generated through the interrelationship between the robot’s activity patterns and its “natural” environment.

Joan Barceló


Vous aimerez aussi...